top of page
  • Quotaclimat

Fact-checking du 3ème débat des européennes 100% consacré à l'écologie

Observations de la cellule de fact-checking du débat électoral européen organisé par l'Institut Rousseau

École des Mines Paris - PSL, 22 mai 2024



Cet article rend compte des inexactitudes factuelles et déformations prononcées lors du débat électoral européen du 22 mai 2024, organisé par l’Institut Rousseau, ayant fait intervenir : 

  • Jean-Marc Germain (Parti socialiste - Place Publique)

  • Pascal Canfin (Renew)

  • Marina Mesure (La France insoumise)

  • Flora Ghebali (Les Écologistes) 


La cellule de fact-checking, tant en live qu’à l’issue du débat, a été co-animée par l’Institut Rousseau et QuotaClimat. Elle était composée de :

  • Guillaume Kerlero de Rosbo, directeur Transition écologique de l’Institut Rousseau

  • Nicolas Dufrêne, directeur de l’Institut Rousseau

  • Jean Sauvignon, responsable baromètre de l’association QuotaClimat 

  • Titouan Rio, bénévole QuotaClimat

  • William Honvo, professeur d’économie et de finances publiques (sujets Financement)

  • Hervé Guyomard, directeur de recherche à l’INRAE (sujets Agriculture)

  • Serge Besanger, enseignant-chercheur à l’ESCE (sujets Commerce International)

  • ⁠Philippe Ramos, chargé de plaidoyer à Positive Money Europe (sujets Financement)

  • Nicolas Desquinabo, expert en politiques publiques (sujet Logements)

  • Lucien Mathieu, responsable voitures à Transport&Environnement (sujet Transport)


Le débat peut être re-visionné ici : https://www.youtube.com/watch?v=DAVjmkleW5Q&feature=youtu.be

 

Sur le sujet des Transport


Marina Mesure (La France insoumise)


  • L'UE favorise la route et l’aviation. La privatisation du ferroviaire a engendré une augmentation du prix des billets et une disparition des petites lignes.


15'12 - Inexact : privatisation et libéralisation sont deux choses différentes. La mise en concurrence imposée par l’UE n’implique pas forcément une privatisation, qui relève de l’autorité publique nationale. Cette mise en concurrence peut dans certains cas faire monter les prix, mais elle peut également les faire baisser. Au Royaume-Uni, les prix ont très fortement augmenté mais suite à une privatisation totale du ferroviaire sans soutien de l’Etat sur le prix des billets.


Analyse complémentaire : 


  • Propose un pass interrail européen pour les jeunes


16'12 - À préciser (déjà existant) : le pass interrail européen pour les jeunes existe déjà


Jean-Marc Germain (Parti socialiste - Place Publique)


  • La libéralisation du fret a engendré baisse des flux et hausse des prix.


18'38 - Incomplet : la libéralisation n’est pas seule en cause dans la baisse des flux et la hausse des prix, le manque d’investissement et les gains en compétitivité du secteur routier sont également responsables.


Analyse complémentaire : 


Pascal Canfin (Renew)


  • Il n'y a aucune chance que la fiscalité sur le kérosène se réalise car il y a toujours un pays qui sera contre. L’aviation a donc été intégrée dans le marché du CO2 en se servant de la majorité qualifiée pour éviter le droit de véto, une raison de la fin du régime dérogatoire.


25'42 - Vrai, à nuancer : en effet, le droit de véto peut bloquer une fiscalité globale. Plusieurs pays peuvent en revanche se mettre d’accord pour les vols les concernant. De plus, les Etats peuvent fixer une éco-contribution sur les billets au départ de leur territoire, comme c’est le cas en France depuis 2019. Dans ce cas, c’est du ressort de la politique nationale.


Analyse complémentaire :


Sur le sujet des Logements


Pascal Canfin (Renew)


  • Personne ne dépensera 40 000€ pour développer un patrimoine qui en vaut 100 000€ .


31'46 - Faux : Dans le cas (rare) des petites maisons "passoires" à 100 000 euros, il y a justement une forte rationalité économique à engager une rénovation "profonde" de 40 000 euros car :

1. Selon l'étude des notaires sur la valeur verte, les biens passant d'une étiquette F-G à B bénéficient d'une valorisation de 20 à 36% 

2. Dès le premier hiver, les gains sur les factures énergétiques pourront dépasser 1500 euros/an (ex. I4CE pp.22-23) 

3. Le frein principal à ces travaux est qu'ils concernent principalement des ménages modestes sans épargne ni accès au crédit, d'où les aides et avances "Sérénité / Rénovation d’ampleur" puis "Parcours accompagné" mis en place par...Renaissance en France :


  • Quand Emmanuel Macron est arrivé à l’Élysée, 80% de Ma Prime Rénov profitait aux ménages riches, aujourd’hui c’est 80% pour les ménages précaires, essentiellement grâce aux réformes du gouvernement.


33'09 - Faux : en 2023 70% des bénéficiaires de Ma Prime Rénov’ étaient des ménages “modestes”, mais seulement 46% des “très modestes”, correspondant donc aux 80% pour les ménages “précaires” annoncés.


Sources


Flora Ghebali (Les Écologistes) 


  • Passer de 0,2% de rénovation annuelle aujourd’hui à 2% pour rénover tous les logements à horizon 2050 et atteindre les objectifs de neutralité carbone.


35'39 - Imprécis : le taux de rénovation énergétique annuel au sens large est nettement plus élevé (12,3% des logements), le taux de 0,2% évoqué correspond probablement aux rénovations “profondes”, entraînant plus de 60% de gains énergétiques. Par ailleurs, la cible de 2% pour rénover tous les logements à horizon 2050 est correcte.



  • On peut créer 110 000 emplois rien qu’avec la rénovation énergétique d’après le Shift Project.


36' - Vrai : selon le Plan de Transformation de l'Économie Française (PTEF)



Marina Mesure (La France insoumise)


  • 30% c’est la couverture actuelle proposée à un ménage pour la rénovation de son logement. 


38'10 - Faux : le taux de 30% est loin d’être la moyenne : en France le taux d’aide pour une rénovation d’ampleur va de 30% à 90%, avec un plafond de 40 000€ à 70 000€ selon cas de figures. Dans les autres pays, les taux d’aide sont très variables, mais le plus souvent supérieurs à 30% pour les rénovations “d’ampleur” des ménages modestes, hormis en Allemagne où les taux d’aides à la rénovation énergétique sont pour la plupart inférieurs à 30%. 


Source


  • À Marseille, les charges de certains HLM ont augmenté de 300%.


38'59 - Difficile à vérifier : en effet, une affaire médiatisée en 2023 fait mention de 200% d’augmentation pour certains locataires d’un bailleur spécifique à Marseille.



  • 40% des entreprises du BTP n’arrivent pas à trouver de la main d'œuvre.


39'18 - Imprécis : l’enquête de référence de Pôle Emploi dans le domaine fait mention de “difficultés à trouver” (74%). Il ne semble pas exister de données sur les employeurs n’arrivant pas à recruter.



  • Un mort par jour dans le secteur du BTP à cause des conditions de travail.


39'34 - Cohérent, mais difficile à vérifier : le chiffre exact d’un mort par jour dans le BTP semble venir de la CGT. En ordre de grandeur, le BTP représente environ 20% des accidents du travail mortels en 2018, et il y a 738 accidents mortels reconnus en 2022, soit 148 accidents de travail mortels dans le BTP. A cela viennent s’ajouter les décès liés aux maladies professionnelles, sachant que le secteur du BTP concentre le plus grand nombre de cas de cancers professionnels.


Source : 


Sur le sujet de l’Agriculture

Flora Ghebali (Les Écologistes) 


  • Les assurances françaises ont augmenté leur prix de 4% à cause des catastrophes naturelles. Le risque est de voir disparaître certaines couvertures.


49'32 - Vrai : les assureurs ont déjà annoncé fortement augmenter leurs frais en 2024. Des tarifs en hausse de 5 à 6% pour les dommages habitation et de 3,5 à 4% pour les dommages automobiles. Par ailleurs, ce mécanisme risque de s’accélérer : la surprime qui finance le régime des catastrophes naturelles des assureurs français passera de 12% à 20% pour les habitations en 2025.


Source :


Marina Mesure (La France insoumise)


  • ¼ des agriculteurs vont partir à la retraite d’ici 6 ans.


54'50 - Vrai : la moitié des exploitations en France métropolitaine sont dirigées par au moins un exploitant âgé de 55 ans ou plus, et ces dirigeants ont ainsi déjà atteint l’âge légal de départ à la retraite ou atteindront d’ici 2030. 50% des agriculteurs pourraient donc techniquement partir à la retraite d’ici 6 ans.



  • L’accord de libre échange avec la Nouvelle Zealand où transitent 15 000 tonnes de lait et 40000 tonnes de viande bovine vers l’Europe met en concurrence les éleveurs européens face à ceux de Nouvelle Zélande qui, par exemple, ne sont pas soumis à la régulation de l’atrazine, un herbicide pourtant interdit dans 42 pays.


55'34 - À nuancer : ces tonnages sont à mettre en regard de la production européenne de lait de vache (155 millions de tonnes par an) et de viande bovine (6,6 millions de tonnes d’équivalent carcasse).



  • 30% agriculteurs vivent sous le seuil des pauvreté


55'18 - Vrai en France : si le chiffre est cohérent en France, il semble difficile de trouver une source à l’échelle européenne.


  • En 2023, la marge des agro-industriels s’est élevée à 48%


57'18 - Vrai : en 2023, au moins 40% selon l’INSEE (+6 points par rapport aux autres secteurs).



Sur le sujet du Commerce International


Flora Ghebali (Les Écologistes) 


  • Un poulet sur deux vendu en  France est ukrainien


1h10 - Faux : Un poulet sur deux est importé, mais pas spécifiquement d’Ukraine. Selon la Commission européenne, les importations de volaille ukrainienne en volume représentaient sur les cinq premiers mois de l'année 27% des importations totales de l'Union européenne - après le Brésil (36%) et avant la Thaïlande (19%)-, contre 13% en 2021.


Source :


Pascal Canfin (Renew)


  • La Technologie verte bénéficie d’un déplafonnement des aides d’État : une entreprise européenne peut recevoir autant d'aides que dans d’autres pays, au nom de la défense de la base industrielle européenne contre l’offensive chinoise et nord-américaine.


1h13'17 - Vrai : dans le cadre du Temporary Crisis and Transition Network.


Source :


Marina Mesure (La France insoumise)


  • Le dernier producteur de panneaux solaires vient de fermer la semaine dernière alors que la Chine vend sur le marché européen des panneaux vendus à perte, en dessous des coûts de production car subventionnés par l’État chinois. Pourtant, on apprend qu’elle a deux ans de stock de panneaux solaires dans des hangars européens pour le continent européen.


1h16'43 - Inexact : si les producteurs mettent en effet la clé sous la porte, il en reste encore. Par ailleurs, la France prévoit la construction de deux giga factory (giga usines) de production de panneaux d’ici 2026.


Source :


Sur le sujet du Financement


Marina Mesure (La France insoumise)


  • La dépollution des eaux après une pollution aux pesticides, c’est 100 milliards d’euros, la dépollution globale c’est 500 milliards.


1h25'50 - Inexact : Le coût estimé du traitement pour rendre l’eau potable est compris entre 500 millions et 1 milliard d’euros par an - non-spécifique aux pesticides et nitrates. Par contre, le coût minimal qu’engendrerait une dépollution des eaux souterraines est lui situé entre 500 et 800 milliards au total.


Source :


Flora Ghebali (Les Écologistes) 


  • L'ISF Climatique et lutte contre les paradis fiscaux pourrait amener 260 milliards


1h30'18 - À nuancer : ce montant très élevé dépend directement de la base (assiette) de la taxe et du taux qu’on lui appliquerait. Cette valeur est donc directement un choix politique. A titre de comparaison, une autre proposition de texte de 5% sur les 10% les plus riches donnait un montant de 150 milliards d’euros.


Source :


Pascal Canfin (Renew)


  • Jusqu’à une date récente, 50 % des voitures zéro émission achetées en France, et qui bénéficiait du bonus écologique était d’origine chinoise, aujourd’hui c’est 10%


1h32'09 - Faux : en 2023, c’était 29% des voitures électriques vendues en France qui étaient chinoises.


Source :


  • Plan de financement : plan de relance 800 milliard d’euros d’investissement public que le PS, LFI n’ont pas voté (à l’exception des Écologistes)


1h33'30 - À nuancer : le candidat semble faire référence au dispositif NGEU qui représente 750 milliards d’euro. Parmi ces 750, 390 Md€ correspondent à des subventions, et ils ne sont pas fléchés uniquement vers de l'investissement public. D’une part ce n’est pas un plan vert, d’autre part environ 20% seulement des NGEU étaient conditionnés à un fléchage pro environnement. Enfin, seulement une partie de l'enveloppe a été décaissée (hors prêts).



Jean-Marc Germain (Parti socialiste - Place Publique)


  • Un ISF vert européen pourrait rapporter 200 milliards d’euros par an


1h36'31 - À nuancer : ce montant très élevé dépend directement de la base (assiette) de la taxe et du taux qu’on lui appliquerait. Cette valeur est donc directement un choix politique. A titre de comparaison, une autre proposition de 5% sur les 10% les plus riches donnait un montant de 150 milliards d’euro.


Source :

Comments


bottom of page