top of page
  • Quotaclimat

QuotaClimat en République-Tchèque



Depuis le début de notre action, le sujet nº1 qui revient, c’est l’opposition apparente entre liberté d’expression et lutte contre la désinformation. Où s’arrête la liberté des uns pour que celle des autres soit protégée ?


Pour certains, la liberté d’expression serait une fin en soi, quand pour d’autres, c’est un moyen pour parvenir à la liberté d’opinion, la séparation des pouvoirs, et les droits et libertés qui en découlent. Elle admet donc des limites (encadrement de la pluralité, protection des publics, etc.).


Notre postulat est qu’en autorisant la désinformation (intentionnellement ou passivement), nous ralentissons la transition. La désinformation est une technique qui permet de faire valoir, de manière déloyale, des intérêts. Dans le cas des crises écologiques, elle préserve l’ordre établi - où la prime est aux pollueurs, puisque l’environnement et la santé sont moins valorisés que le profit de court terme.


Cette désinformation est puissante car, en plus d’être convaincante, elle joue sur notre réticence humaine au changement. La perte de repères donne une excuse facile pour dire « puisque nous ne sommes certains de rien, alors pourquoi agir sur des hypothèses qui pourraient demain être démenties ».


En France, notre discours est (en partie) audible car la solidité de notre démocratie nous autorise ces questionnements. C’est moins le cas ailleurs en Europe, et c’est la raison pour laquelle il était si important de venir parler de désinformation climatique au Parlement tchèque. 50% du pays est climatosceptique - le taux le plus élevé d’Europe. La régulation de la qualité de l’information est perçue comme de l’ingérence gouvernementale sur les médias - tabou dans un pays qui sort d’un gouvernement dirigé par Andrej Babis, surnommé le « Trump tchèque », ayant fait campagne sur un discours anti-migrants, anti-UE, anti-élites. Il était propriétaire d’un groupe média (Mafra), ayant facilité son ascension politique. La régulation des médias est donc perçue comme déplacée.


Malgré tout, la hausse de la désinformation inquiète.


Notre approche (mesurer, interpeller, réguler) a donc été perçue comme hétérodoxe mais intéressante. Bref, à suivre. 🇪🇺

Commentaires


bottom of page